Mon journal intime, l'histoire de ma vie.

Ceux qui me connaissent bien savent que j'écris très régulièrement une sorte de journal intime. J'y relate mes états d'âmes et mes grandes découvertes mais aussi des actions futiles. Aujourd'hui j'en ai une trentaine et je continue de les remplir. Je les appelle "Vic" et j'ai envie de vous raconter leur histoire. Peut être que ça vous donnera même envie de sortir un carnet et de faire la même chose. Qui sait ?


Tout a commencé au collège. Avec ma meilleure amie de l'époque, nous nous apprêtions à partir en Grèce pour notre premier grand voyage et nous ne voulions pas en rater une miette. Etant fan du film "La boom" et fascinées par "le journal d'Anne Frank" il nous ait venu l'idée d'amener chacune un carnet et d'y écrire notre récit de voyage en temps réel. Nous avions choisis de les appeler "Vic" et de leur parler comme si c'était de vrais personnes.

Nous avons été assidues dans l'écriture de ces premiers carnets et c'est devenue une habitude, surtout pour moi. Même après plusieurs année, je ressens régulièrement le besoin de m'y plonger, que ce soit pour y écrire ou pour revivre mon ancien quotidien. J'ai continué d'écrire car j'ai compris que cela me permettrait d'avoir toujours accès aux anciennes versions de moi même. Maintenant j'en ai besoin pour me sentir bien, me délester des émotions négatives et pour garder à jamais certains détails qui m'importent tant.

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours vu la vie comme quelque chose de très précieux. J'ai toujours voulu m'améliorer, garder le cap et me souvenir d'un maximum de choses. D'ailleurs dans mon premier carnet j'ai écrit des phrases telles que "encore 30 minutes de vie en moins…" "ça me soul trop on perd trop plein de temps de vie !!" (#sansfiltre) "je veux rester unique à jamais. Je veux être et rester Cassie." et bien d'autres. Pourtant je n'ai commencé le développement personnelle qu'à mes 16 ans.


Mes journaux ont pris plusieurs formes. J'ai commencé en texte libre dans des cahiers d'école avant d'utiliser des agendas. Ceux-ci m'offraient la possibilité d'écrire chaque jour les moments les plus importants de la journée sans m'éparpiller. Dans ces agenda il y a plus de petits souvenirs du quotidien et moins de grandes réfexions. Aujourd'hui je suis revenue aux carnet qui offrent plus de liberté. J'ai régulièrement agrémenté mes carnets de photos et de souvenirs divers collectés durant ces belles journées de vie.


Je ne sais pas comment j'ai pu autant m'attacher à cette forme d'expression alors que j'ai toujours eu des difficultés en orthographe, en lecture et en expression en général. Peut être est-ce dû au fait que dans ces carnets j'ai le droit de faire des fautes, j'ai le droit de dire ce que je ressens sans filtre et ce même si les phrases sont maladroites. Cet espace intime était sans doute réconfortant pour moi.


J'étais cette ado qui faisait corriger puis recopiait toutes les lettres qu'elle envoyait pour éviter à ses parents d'avoir honte de son niveau d'orthographe… Pourtant malgré les embuches et les pleurs je n'ai jamais arrêté d'écrire et me voilà maintenant sur un blog sans filtre (qui comporte sans doute son lot de fautes). Au début Robin corrigeait mes fautes mais il n'a pas le temps de le faire pour tout alors je ne lui demande plus. Et puis ça fait partie de moi, je n'ai pas à m'excuser car j'ai toujours fait les efforts nécessaire à ma progression. Dictées, écriture, lecture … J'ai vécu pendant de nombreuses années avec un problème de convergence qui brouillait mon cerveau alors je fais au mieux et même si ce n'est pas parfais j'ai besoin de continuer à m'exprimer.


Ces cahiers sont une mine au trésors pour moi. Leur lecture me transporte et m'aide à me recentrer. Grâce à eux je n'oublie pas d'où je viens et le chemin que j'ai déjà parcourus. Mes moments fort y sont inscrit et me permettent parfois de remettre la main sur l'origine potentielle de certains blocages.



Je suis fière de les avoir et ce serait sans doute ma plus grande perte en cas d'incendie (et oui j'y pense de temps en temps) pourtant j'hésite toujours avant d'avouer aux gens que je m'adonne à cet exercice. Il faut le vivre pour comprendre l'intérêt de ces carnets magiques. Et puis le dire c'est avouer que ma vie intime est écrite sur papier et donc accessible à tous. J'ai toujours demandé à mon entourage de respecter cette intimité. Et même si je ne peux pas savoir ce qu'il en est vraiment, je leur fais confiance.





A votre tour de tenter l'expérience, il suffit d'un carnet, d'un stylo et d'un peu de temps. Ecrivez vos journées, votre ressenti à l'instant présent. Ça aide beaucoup à décompresser. D'ailleurs je vais aller écrire mon super week-end de ce pas.

En attendant le prochain article vous pouvez lire ceux qui sont déjà sortis 😉

Je vous souhaite une excellente journée

Artistiquement

Cassie

  • Facebook - White Circle
  • Icône Instagram blanc

Pour ne rien manquer inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle. 

© 2020 par Cassie. Tout droits réservés