• Cassie

Le portrait dans l'Histoire

Un peu d'histoire ça ne peux pas faire de mal :) Cette semaine j'ai eu envie d'en apprendre un peu plus sur l'histoire du portrait. Religieux, politique, égo la place du portrait à évolué en même temps que nous.



Il semblerait que tout ait commencé en Egypte avec des portraits représentant les défunts. L'objectif de ces portraits était avant tout religieux, graver les traits distinctifs de quelqu'un sur son sarcophage lui permettait de vivre dans l'au-delàs. Leur objectif n'était pas d'idéaliser les traits mais de permettre à l'âme de chaque individu de traverser le temps. En effet, quand on regarde ces portraits, nos yeux rencontrent les leurs et une impression de présence humaines , physique, s'en dégage. Les portrait étaient principalement peints du vivant du modèle qui prenait ainsi conscience de sa mortalité physique. Ils n'étaient pas réservés à une certaine classe sociale, ni même à une religion particulière. Tous semblaient s'accorder sur l'immortalité de l'âme.


Chez les Romains les portraits ont eu un rôle politique et idéologique. On retrouvait par exemple le profil des empereurs sur les pièces de monnaie. Plutôt réaliste ils permettait à l'empereur d'assoir son pouvoir et sa notoriété au sein du peuple.



Au moyen âge les portait n'ont pas la côte. Le Christianisme, craignant l'idolâtrie, refuse les portrait singuliers. Les seuls représentations humaines réaliste autorisées sont les représentations religieuse. Le christ ayant pris forme humaine il est à peu près toléré de représenter le divins sous des traits humains. Il faudra le milieu du XIVe siècle pour que l'art du portrait reviennent doucement. A cette époque, donateurs et monarques sont représentés symboliquement, on les reconnait par leur posture et leurs attributs. Le réalisme revient progressivement avant de s'imposer.

Dans l'ordre :

  • Jean II le bon, Artiste inconnu, vers 1355

  • La vierge du chancelier Rolin, Jan van Eyck, 1430

  • Vierge à l'Enfant avec saint Antoine et un donateur 1472


Avec l'arrivée de la renaissance, qui débute en Italie, le portrait individuel permet une certaine reconnaissance sociale. Les vêtements, les attributs et la pose permettent de contextualiser le sujet. Par exemple, on distingue facilement un portrait de scientifique de celui d'un marchand. L'humain est remis au centre des réflexions et les pensées humanistes se développent. Au début il s’agit de profils en buste sur fond neutre, puis rapidement le fond devient une tenture décorative, un paysage imagé, voire un intérieur domestique. Le profil cède la place àune représentation de face ou de trois quart, voire un portrait en pied ou un portrait de groupe.


Dans l'ordre :

  • Portrait d’un jeune homme, Philippino Lippi, 1485

  • Portrait de Giovanna Tornabuoni, Domenico-Ghirlandaio, 1488

  • Autoportrait, Albrecht Dürer, 1500

  • La jeune fille à la perle, Johannes Vermeer, 1665


Au XVIe siècle, en Europe, la monarchie absolue est de mise. Le portrait devient alors un moyen de propagande pour le pouvoir politique. Le roi étant considéré comme le représentant de dieu sur terre, une simple représentation réaliste ne semble pas suffire. Leur apparence est immortalisé par des tableaux impressionnants, leurs portraits se veulent allégorique voir mythologique. Ce ne sont pas les innombrables portraits de Louis XIV qui nous prouveront le contraire.

Dans l'ordre :

  • Portrait de Louis XIV, Hyacinthe Rigaud, 1701

  • Madame Victoire par Jean-Marc Nattier, 1748

  • Pastel du jeune Louis XV par Rosalba Carriera, 1720



Au XVIIIe siècle, la monarchie perds de sa splendeur, le peuple réclame plus d'égalité et la révolution approche. Les portraits trop idéalisés sont mal vue et l'authenticité est de nouveau appréciée. Les expressions et les poses se font plus naturelles. Les portraits deviennent un peu plus abordables avec l'arrivé de nouveaux outils, comme le pastel (exemple avec le portrait de Louis XV ci-dessus), permettant de réduire les temps de pose et de création des tableaux.

La révolution marque un tournant dans l'histoire des portrait, une grande partie des artistes doivent se réinventés. Les portrait, plus naturels, vont progressivement glisser vers le romantisme et l'impressionnisme. Les "Bourgeois conquérants", avides de reconnaissance sociale, sont friands de ces représentations fidèle et intemporelles. Cela n'empêche pas pour autant les portraits politique de continuer à vivre, Napoléon les apprécie particulièrement par exemple.


Dans l'ordre :

  • Portrait de Napoléon Ier en costume impérial, Jacques-Louis David, 1805

  • Louis-Francois Bertin, Ingres, 1832

  • La Vicomtesse d'Haussonville, Ingres,1845


Au XIXe siècle, l'invention de la photographie permet la création de portrait d'un autre genre. Ils se démocratisent et deviennent un moyen de contrôle sociale. La photo d'identité est enfin possible. Les studio photo se développent les décors et les lumières sont plus ou moins travaillées en fonction de la sensibilité du photographe.

Afin de s'adapter, les peintres d'éloignent du réalisme. A ce moment c'est plus une sensation qui est recherchée à travers le portrait. La photographie les déchargeant de la responsabilité réaliste, les formes s'assouplissent et se déforme pour aller chercher au delàs du visible. Ils s'intéressent alors à toutes les couches de la société dans le but de laisser derrière eux des témoignages de vie.



Dans l'ordre :

  • Sarah Bernhardt, Nadar, 1859

  • Berthe Morisot, Jeune fille dans un parc, entre 1888 et 1893

  • Autoportrait, Vincent van Gogh 1889

  • PORTRAIT DE DORA MAAR, picaso, 1937


Aujourd'hui les Selfis sont les nouveaux portraits, ils sont facile et rapide à prendre. Chacun peut créer son propre portrait en quelques secondes. Pourtant les portrait "classique" n'ont pas dit leur dernier mots. Ils offrent une expression bien différente de celle que l'on trouve sur une photo. Ils vont plus loin dans la réflexion et dans la capture de l'essence du sujet. On se perd dans la quantité d'images numériques à notre disposition alors pourquoi ne pas revenir aux sources ?

En conclusion, l'art du portrait évolue avec les croyances et les technologies humaines. Il est en perpétuelle évolution et je suis ravie d'être liée à ce développement. Je suis persuadée que les portraits artistiques ont encore de beaux jours devant eux.


J'espère que cet article vous aura plu et que vous avez appris des choses. En ce qui me concerne j'ai adoré le créer. Quel est la période qui vous touche le plus ? Celle que vous préférez ?


Pour aller plus loin et découvrir mes artistes internationaux préféré c'est ici 😉


Je vous souhaite une excellente journée

Cassie


Les articles que j'ai utilisés pour construire le mien :

  • Facebook - White Circle
  • Icône Instagram blanc

© 2020 par Cassie. Tout droits réservés